Ostéo Annuaire, site des ostéos et ostéopathes
Le premier site média de l'ostéopathie

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
l'Ostéopathie, un complément pour les dentistes et les orthodontistes

l'Ostéopathie, un complément pour les dentistes et les orthodontistes

Envoyer Imprimer PDF

La mâchoire est constamment sollicitée au cours d’une journée, on comprend ainsi la prédominance de cette articulation dans le fonctionnement du corps.

Parler, manger, déglutir, rire, bâiller, serrer les dents dans l’effort, et même respirer, entraîne un mouvement de ces articulations dites temporo-mandibulaires. Or ces os constamment en action sont liés au reste du squelette, notamment à la colonne vertébrale. Il existe donc un lien étroit entre la posture et la manière dont les dents s’emboîtent.

L’occlusion détermine la position de la mandibule (mâchoire inférieure) dans l’espace. Cette position influence la posture par le biais des chaînes musculaires qui parcourent le corps de la tête aux pieds. Une asymétrie de position de la mâchoire, même minime, entraîne la contracture de certains muscles (générant une perturbation de l’équilibre postural), elle-même source de problèmes de dos (cervicalgies, dorsalgies, lombalgies), d’arthrite, d’arthrose, de tendinites, de maux de tête, de vertiges, de douleurs d’épaules… etc.

Influence de la mâchoire sur le reste du corps et inversement :

Le squelette doit posséder une architecture parfaitement symétrique de part et d’autre d’une verticale, qui débute au sommet du crâne et se prolonge dans la colonne vertébrale. Cette colonne doit être flexible et résistante pour encaisser les chocs tout en maintenant les membres supérieurs et la tête. Ces deux qualités dépendent de son bon alignement qui lui-même dépend du bon équilibre des articulations inférieures et supérieures (mâchoire).

Un déséquilibre peut provoquer des problèmes articulaires avec des craquements de la mâchoire et parfois une diminution gênante de l’ouverture buccale. Des pathologies plus éloignées en apparence sont aussi concernées : douleurs d’oreilles, acouphènes, vertiges, sécheresse de la bouche, migraines, etc…

S’il est aisé d’expliquer un mal de dos par une inégalité de longueur des jambes, il est plus difficile d’admettre qu’un déséquilibre de la mâchoire puisse avoir la même action. Une jambe plus courte que l’autre, une torsion du bassin ou un mauvais appui des pieds perturbent l’équilibre du corps, fragilisent sa résistance à la pesanteur, diminuent sa force. Et la dynamique de ce déséquilibre a des conséquences jusque dans la mâchoire.

L’ostéopathie, une aide précieuse dans l’accompagnement des travaux dentaires :Toute modification de la manière dont les dents s’emboîtent (déplacements orthodontiques, pose d’une prothèse, extraction…) entraîne une adaptation posturale. L’intervention de l’ostéopathe permet de faciliter cette adaptation ou d’en corriger les désagréments.

 

Collaboration entre Ostéopathe et Orthodontiste :

L'orthodontie est une médecine dentaire qui a pour but de traiter les anomalies de position des dents. L’ostéopathie est particulièrement utile en cas de traitement d’orthodontie, de reconstruction de l’occlusion ou encore pour traiter un problème d’articulation des mâchoires. Le travail de l’ostéopathe optimise et accélère le traitement orthodontique.

Il a été mis en évidence aux Etats-Unis que des enfants portant un appareil dentaire, souffrent davantage de problèmes situés au niveau de la colonne vertébrale par rapport à d’autres enfants qui n’en portent pas. L’objectif des appareillages est fonctionnel (comme avoir une occlusion la plus normale possible) et esthétique.

Pour obtenir le résultat recherché, l’orthodontiste utilise des appareils correcteurs pour maintenir des contraintes mécaniques qui obligeront les dents à s’aligner comme il le souhaite mais augmentera la pression sur les mâchoires. Certains de ces appareils peuvent ainsi entraîner une pression très accrue sur la base du crâne, le cou et la colonne vertébrale. Chez certaines personnes, la douleur se manifestera dans d’autres régions du système musculo-squelettique (par compensation du corps) : toutes sortes de maux peuvent survenir tels que des troubles du sommeil ou de la concentration,  des maux de tête, de dos, apparition ou aggravation de scoliose, fatigue, nervosité …

Ces maux indiquent clairement que le système corporel ne parvient pas à gérer les contraintes imposées par l’appareillage dentaire. Ainsi, la pose de tout appareillage de contrainte « rigidifie » et altère le fonctionnement du système crânien et par son intermédiaire, la mobilité de toutes les structures du corps.

Cela ne signifie pas que l’orthodontie est à proscrire mais que l’ostéopathie peut réduire les effets secondaires liés au traitement orthodontique. L’orthodontiste est le seul à juger du traitement adéquat, mais l'ostéopathe a pour objectif de diminuer les conséquences qui en découlent.

L’ostéopathie peut être nécessaire et efficace autant avant, que pendant et après le port d’un appareil dentaire (afin de réharmoniser le corps sans l’appareillage). Elle a une influence positive sur l’articulation temporo-mandibulaire (articulation permettant l’ouverture de la bouche…) et aide plus rapidement à la correction orthodontique. Un temps précieux sera ainsi gagné.

Le traitement ostéopathique peut également réduire de manière importante le déséquilibre musculaire lié à des troubles d’occlusion entre la mâchoire supérieure et la mandibule.

Lemarchand Aurélie, Ostéopathe D.O,

15 rue Morgan 06500 Menton,

09.81.29.43.15