Ostéo Annuaire, site des ostéos et ostéopathes
Le premier site média de l'ostéopathie

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Le mystère des jambes lourdes dévoilé

Le mystère des jambes lourdes dévoilé

Envoyer Imprimer PDF

jambes lourdes ostéopathieUne tuyauterie à part

Il existe dans le corps humain trois systèmes circulatoires, un système actif, les artères, deux systèmes passifs, les veines et le réseau lymphatique. Les artères conduisent le sang sous l’impulsion de la pompe cardiaque et s’organisent en réseau comme les veines d’un arbre pour se terminer aux capillaires où les nutriments énergétiques sont transmis aux cellules.

Ces cellules selon leur spécificité remplissent leur fonction (digestion, élimination, reproduction, locomotion, etc...).

Les déchets de la combustion énergétique sont éliminés par la lymphe et l’oxyde de carbone est ensuite récupéré par le sang veineux. Les veines repartent aux poumons pour se ré-oxygéner et revenir au coeur.

Sauf que le retour veineux, plus difficile au niveau des jambes du fait de la pesanteur, a besoin pour remonter au coeur d’être aidé par plusieurs pompes vasculaires et en premier lieu les muscles qui sont traversés par 80 % des vaisseaux et la voute plantaire.

Le sang veineux remonte par paliers

A la différence des artères qui sont souples et élastiques pour absorber le flux impulsé par le rythme cardiaque, les veines sont plus toniques et munies de valvules, sortes de petits clapets qui se referment pour retenir le sang veineux.

Comme un ascenseur qui referme ses portes à chaque étage, les veines referment leurs clapets.

Les problèmes de circulation veineuse surviennent lorsque ces clapets ne se referment plus complètement. Le sang fuit à travers l’ouverture, les jambes stockent une plus grande quantité de sang et deviennent lourdes.

 

Pourquoi les veinotoniques sont-ils inefficaces ?

Considérés longtemps comme les médicaments adaptés au traitement des jambes lourdes, ils ont été dé-remboursés par la Sécurité sociale faute d’efficacité.

Et pourtant, leurs principes actifs tonifient la paroi veineuse de façon à rapprocher les valvules, alors que ce passe t-il ?

Si une compression de la veine est localisée en amont, la pression du sang augmente mais comme les veines sont tonifiées, elles ne peuvent plus se dilater pour absorber cette sur-pression qui se répercute au niveau des  capillaires.

Donc non seulement vos jambes deviennent de plus en plus lourdes mais vos capillaires se dilatent rendant ainsi votre exposition à la chaleur inconfortable et contre indiquée.

 

Trois niveaux de compression veineuse souvent ignorés

Le premier est le diaphragme, ce muscle puissant qui sépare votre corps en deux au niveau de la taille et qui vous permet de respirer et d’absorber vos émotions.

La grosse veine dite veine cave qui termine le réseau veineux de la partie inférieure du corps le traverse avant de traverser les poumons pour se ré-oxygéner et regagner le coeur.

Mais il existe un deuxième point de compression encore plus important, le foie. Car avant de traverser le diaphragme, la veine cave passe derrière le foie dont  le dysfonctionnement peut se traduire par des tensions et exercer une compression faisant obstacle au retour veineux.

Plus bas encore, se trouve à droite le duodénum et à gauche, encore un peu plus bas, le colon.

Ainsi, les ballonnements, la constipation sont la localisation d’un troisième niveau de compression veineuse.

 

Et pourquoi les femmes sont-elles plus concernées ?

Tout simplement parce que dans la deuxième partie du cycle, l’utérus augmente de volume et constitue également un autre lieu de compression.

 

Un rapport avec le mal de dos ?

La douleur lombaire survient lorsque deux vertèbres sont «pincées». Ce pincement apparaît quand elles reposent sur un socle qui n’est pas horizontal. Ce socle, l’os du sacrum, est articulé entre les deux hanches. Il bascule lorsque les hanches subissent une rotation liée à une contraction asymétrique des muscles qui en assurent la stabilité (hache gauche = colon, hanche droite = foie, intestin).

La hanche tourne ainsi comme un volant qui entraîne un muscle postérieur de la cuisse qui est relié au péroné. Et comme le péroné assure l’équilibre des forces au niveau de la jambe, de nouvelles compressions vasculaires s’installent.

 

Alors que faire ?

Normalisez les fonctions digestives par une alimentation saine et équilibrée .

Soulagez régulièrement votre foie  et vos reins qui sont suspendus sous le diaphragme, vos exercices respiratoires abdominaux seront d’autant plus efficaces et vous libèreront plus facilement du stress.

Faites travailler vos mollets par la course à pied, la montée d’escalier, la marche sur la plante des pieds. Dormez les pieds légèrement surélevés. Faites attention aux talons trop hauts qui diminuent le travail de la voute plantaire. Cet été marchez le long de la plage, l’eau de mer à mi-cuisse et demande à votre conjoint de vous masser la plante des pieds et les mollets, un vrai plaisir et un prélude à l’Amour.

 

Jean-Pierre Marguaritte - Ostéopathe - Micronutritionniste

NB : N’oubliez pas que certaines hormones sont synthétisées à partir du cholestérol du foie ce qui peut expliquer l’état nauséeux de la femme enceinte, que le foie est souvent en cause dans les troubles hormonaux, que la thyroïde qui régule la sécrétion des oestrogènes assure également la contraction du colon.