Ostéo Annuaire, site des ostéos et ostéopathes
Le premier site média de l'ostéopathie

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Qu'est ce que l'Ostéopathie ?

Qu'est ce que l'Ostéopathie ?

Envoyer Imprimer PDF

Le terme d'ostéopathie provient des mots « osteon » (os en grec) et  « pathos » (affection). Rien d'étonnant donc à ce que cette expression désigne une médecine manuelle, où le squelette joue un grand rôle.

L'ostéopathie a été fondée en 1874 par un médecin américain, le Dr Andrew Taylor Still, à partir de concepts tirés de la médecine antique grecque et égyptienne ainsi que de la médecine de la Renaissance.

Le Dr Still formule le postulat selon lequel "la structure gouverne la fonction", l'idée étant que la conservation de la santé met en jeu un équilibre de la charpente osseuse, cette dernière assurant à son tour le bon fonctionnement des systèmes nerveux, musculaire et circulatoire.

L'école britannique d'ostéopathie sera ensuite créée en 1918 à Londres par un élève de Still, John Martin Littlejohn. En France, cette pratique restera confidentielle jusqu'aux années 1950 et 1960, années durant lesquelles le Syndicat national des ostéopathes sera fondé.

L'engouement pour cette médecine manuelle débutera véritablement  dans les années 1970. La Grande-Bretagne a été, en 1993, le premier pays européen à reconnaître la profession d’ostéopathe.

En France, la première association professionnelle date de 1973 et le métier en tant que tel a été officiellement reconnu en 2002, et les décrets régissant sa pratique ont été promulgués en mars 2007.  Outre l'Amérique du Nord et l'Europe, l'ostéopathie est surtout pratiquée en Australie et en Nouvelle-Zélande.

 

De quoi s'agit-il ?

L'ostéopathie est une pratique manuelle à la recherche de perte de mobilité et de tensions au niveau de toutes les structures du corps humain (articulations, viscères, tissus, muscles...). Elle corrige certaines de ces dysfonctions grâce aux techniques de manipulation, les autres se corrigeant d'elles mêmes avec l'homéostasie du corps.

En effet, l'ostéopathe fournit des points d'appui pour que le corps s'autorégule. L'ostéopathie travaille ainsi sur la globalité du corps, l'ostéopathe cherche l'origine de la douleur afin de la traiter avant tout à la source. Par exemple, une douleur au dos peut provenir d'une vieille entorse non soignée. Le corps essayant de s'adapter pour diminuer les contraintes et la douleur, celui-ci finit par créer des dysfonctions à plusieurs endroits (genou, dos...).

Malheureusement, un jour le corps ne peut plus s'adapter et une douleur au dos se met en place. C'est pourquoi, il est important de soigner l'entorse pour que la douleur au niveau du dos ne revienne pas. Pour établir son diagnostic, le praticien ostéopathe doit déceler où se situe la "lésion ostéopathique" en analysant la mobilité des différentes structures corporelles.

Les manipulations  sont dès lors  variées et extrêmement précises :

- fonctionnelles ( pour mobiliser les tissus -muscles, articulations, membranes, etc. -  et induire un état de relâchement suffisant pour permettre l’autocorrection d'une lésion ) ;

structurelles (application d'une certaine impulsion sur une structure, cette fois pour « s’opposer » à la lésion -pour libérer une vertèbre qui ne bouge plus, par exemple- ) ;

viscérales (l'objectif est de redonner le maximum de mobilité aux viscères (intestin, foie, rate, poumon, etc.). Ceux-ci seraient en lien avec certains symptômes de troubles fonctionnels ;

- crâniennes (il s'agit de très légers mouvements qui permettent de rétablir la délicate mobilité des os du crâne).

 

Le cadre légal

L'article 75 de la loi du 4 mars 2002, relatif à " l'usage professionnel du titre d'ostéopathe ou de chiropracteur " autorise le titre d'ostéopathe ou de chiropracteur à des praticiens non médecins.

Les décrets de la loi entendaient mettre fin à une situation où de nombreux non-médecins pratiquaient l'ostéopathie en toute illégalité, sans garantie pour les patients.

Les praticiens non-médecins doivent ainsi bénéficier d’une formation valable et validée d'une durée de 6 ans. Par ailleurs, pour avoir le droit de pratiquer leur profession, les ostéopathes doivent désormais être inscrits sur une liste dressée par le représentant de l'État dans le département de leur résidence professionnelle.

Enfin, ces professionnels sont dorénavant soumis à une obligation de formation continue. Les décrets d’application de la loi ont été votés avec beaucoup de retard, le 27 décembre 2006 ; ils définissent pour la première fois le champ de compétence des ostéopathes.

Il faut attendre le 25 mars 2007 pour la promulgation du décret relatifs aux actes et conditions d’exercice de l’ostéopathie (n°2007-435) ainsi qu'à l’agrément des établissements de formation qui régissent les conditions très strictes de l’enseignement et de l’obtention des diplômes (décret n° 2007-437 du 27 mars 2007).

 

Le déroulement d'une séance

Elle dure en moyenne 45 min et se décompose en 3 parties :

L'anamnèse : l'ostéopathe vous questionne tout d'abord sur votre motif de consultation afin de le cibler au mieux, ainsi que plus généralement sur vos antécédents (médicaux, chirurgicaux, traumatiques...) et vos troubles.

Le diagnostic : l'ostéopathe effectue différents tests d'exclusion afin de vérifier que le motif de consultation rentre bien dans la prise en charge ostéopathique, out en contrôlant la mobilité des différentes parties du corps (articulations, viscères…).. Dans le cas contraire il ré-adressera le patient a son médecin traitant.
Le traitement : l’ostéopathe propose enfin un traitement en choisissant la technique la mieux adaptée et la plus confortable pour chaque patient en fonction de son âge et de sa morphologie.