Ostéo Annuaire, site des ostéos et ostéopathes
Le premier site média de l'ostéopathie

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Que cache votre mal de dos ?

Que cache votre mal de dos ?

Envoyer Imprimer PDF

mal de dosLes maux de dos sont tous différents

On entend par mal de dos une douleur qui peut s’étendre de la partie dorsale à la région lombaire. Sa localisation est un premier élément, les antécédents, les circonstances de sa survenue, son intensité, qui varient d’un mal de dos à l’autre, complètent l’information.

Les examens iconographiques (radiographie, IRM) qui isolent les lésions anatomiques, sa capacité à être soulagé, sa résistance au médicaments... confirment son degré de gravité.

Tous ces éléments sont à prendre en considération pour apprécier le type de mal de dos, mais celui qui est le plus commun est la lombalgie commune.

La lombalgie commune

Localisée dans la région lombaire basse, elle est aigüe ou chronique, lorsqu’elle est installée depuis plus d’un mois.

Le problème réside dans le fait qu’aucune cause spécifique ne peut être mise en évidence, la douleur est fondée sur une plainte mais pas sur une véritable maladie.

La lombalgie commune représente 85 % des maux de dos, sa dénomination est devenu un diagnostic de commodité pour les patients invalidés pour raisons socio-économiques, professionnelles ou psychologiques.

 

D’ou vient la douleur ?

Le mal de dos est généralement la conséquence de tensions, ligamentaire ou tendineuse, consécutives à des efforts musculaires dont l’intensité et/ou la répétition perturbent l'équilibre articulaire vertébral.

Elle peut être d’origine musculaire, ligamentaire ou nerveuse.

Lorsqu’un effort soutenu est demandé à la colonne vertébrale lombaire et que les muscles de soutien ne peuvent supporter, la douleur est ressentie sous forme d’une forte contracture.

Mais il existe aussi des douleurs musculaires qui surviennent sans aucun effort et si ces douleurs musculaires s’installent, alors les vertèbres subissent des forces de contraintes qui occasionnent alors des douleurs ligamentaires. Les ligaments assurent la stabilité des articulations vertébrales.

Si les forces de contrainte musculaires sont plus importantes, le déséquilibre vertébral   occasionne une compression du disque inter-vertébral. Ce disque fait saillie contre le nerf qui émerge de la colonne vertébrale et déclenche la douleur.

Selon l’étage vertébral, le nerf crural ou le nerf sciatique sont atteints expliquant la douleur le long du trajet du nerf correspondant.

La douleur du nerf crural se projette sur l’intérieur de le dessus se la cuisse, celle du nerf sciatique passe derrière la fesse et descend jusqu’au pied par la face externe de la jambe.

Mais quand la douleur survient sans effort, en l’absence de traumatisme direct et qu’il résiste aux médicaments, il faut alors chercher l'origine des forces de tension qui déséquilibrent l'articulation.

 

L’arthrose, un faux prétexte

L’arthrose est en effet évoquée lorsque l’origine de la douleur en peut être identifiée or, comme c’est souvent le cas, l’arthrose passé un certain âge est courante. L’arthrose a ainsi bon dos et les médicaments anti-algiques voire des inflammatoires sont prescrits.

Sauf qu’il existe des personnes qui présentent des signes d’arthrose et qui n’en souffrent pas.

On peut donc considérer que l’arthrose peut être un facteur dans certains cas sans être pour autant la cause de la douleur.

 

ostéopathie mal de dos lombalgieLe stress, un autre faux prétexte

Pas d’arthrose, pas de signes cliniques, le stress est alors évoqué comme la cause de la lombalgie.

Même si le stress est parfois un facteur déclenchant, comment peut il être seul responsable de la douleur ? Il n’existe pas de relation physiologique directe entre le stress et les vertèbres. L’action est donc indirecte, mais alors quel est donc le processus.

 

Les muscles, une véritable explication

Les muscles s’attachent sur la colonne vertébrale comme deux haubans sur un mât de bateau.

Le mécanisme d’installation de la douleur pourrait s’expliquer de la façon suivante : ces haubans musculaires relient les deux hanches à la colonne vertébrale, ainsi si un des deux haubans est plus tendu que l’autre, la hanche correspondante bascule, la colonne vertébrale se cintre, et le sacrum qui est maintenu entre les deux hanches s’incline et s’horizontalise.

Or le sacrum est justement l’os sur lequel sont empilées les vertèbres, de fait, les vertèbres suivent l’inclinaison du sacrum et basculent.

Cette bascule crée un pincement entre les vertèbres à l’origine de la douleur.

 

Mais pourquoi un muscle et pas l’autre ?

C’est là la vrai question. Quand un muscle devient hypertonique, c’est précisément parce qu’il est trop sollicité et qu’il ne peut assurer l’effort qui lui est demandé, mais dans le cas d’une douleur au réveil, l’explication ne tient pas.

Alors, peut-être est-ce du fait qu’il en parvient pas à éliminer l’acide lactique auquel cas il s’agirait d’une mauvaise irrigation.

 

Un réseau de tuyauterie

Vous avez décidé d’arroser vos plantes et il existe un noeud dans le tuyau d’arrosage qui freine l’écoulement de l’eau. Le phénomène pourrait être le même dans le corps.

La circulation serait ralentie du fait de l’existence d’une compression sur le trajet du système vasculaire en rapport avec e le muscle en question.

Il resterait maintenant à déterminer ce qui peut occasionner cette compression or que trouve t-on entre la pompe cardiaque et le bassin où se logent ces muscles ? Tous les organes digestifs.

Autrement dit, un trouble digestif qui se manifesterait pas des ballonnements donc une distension de l’intestin serait à l’origine de la compression vasculaire qui a laissé s’installer une hypertonie du hypertonie du muscle qui déstabilise la colonne vertébrale ?

 

Le mal de dos est dans l’assiette

Tous les troubles digestifs sont la conséquence d’excès ou d’une mauvaise

alimentation. A terme, ils épuisent le pancréas et le foie.

Les excès de toxiques (alcool, café, thé, chocolat, tabac, cola) altèrent le foie. La bile qui est le produit de dégradation des fonctions hépatiques est moins alcaline et ne parvient plus à neutraliser l’acidité gastrique.

Ainsi le PH du tube digestif où sont digérés les aliments n’est plus adapté à l’action des enzymes pancréatiques. La digestion des aliments est perturbée et l’intestin grêle est appelé à supporte des aliments mal digérés. Sa muqueuse se fragilise, devient irritable et hyper-perméable ne parvenant plus à filtrer les déchets digestifs.

ostéopathie alimentation mal de dosDe même, certaines associations alimentaires telles que la présence de yaourt ou de fromage blanc aux repas qui comprennent des céréales ou des féculents, crée des fermentations lactiques à l’origine de ballonnements.

Un autre poison encore plus virulent est l’association de tanin que l’on retrouve dans la café ou le thé avec des produits lactés non fermentés - ce qui exclut le formage - est un puissant inhibiteur de digestion.

Le café au lait a été de tous temps considéré comme un véritable poison.

 

Oui mais, pourquoi ma lombalgie est elle à droite et non à gauche ?

Une question d’aiguillage. L’artère qui part du coeur bifurque une première fois pour donner deux branches,

une gauche et une droite, puis chacune d’elle se divise à nouveau en deux autre branches, une interne et une externe

Selon l’emplacement anatomique de l’organe ou du viscère en cause, la  branche artérielle droit ou gauche est comprimée.

Ainsi, le foie est en rapport avec la sciatique droite et le colon avec la sciatique gauche.

 

Des mesures de précaution

Une lombalgie chronique lorsqu’elle  est associée à une fragilité du cartilage peut installer une faiblesse lombaire qui peut être accentuée par des déviations de la colonne vertébrale de type scoliose.

Même après le soulagement, Il est donc utile selon l’âge et les antécédents,  d’apporter deux constituants majeurs du cartilage : la chondroitine et la glucosamine et d’y associer la silice organique à partir de laquelle sont élaborés les fibres de collagène et d’élastine qui assurent l’élasticité des ligaments.

 

L’acidité en cause

La fonction hépatique est souvent en cause et toujours silencieuse et c’est le foie qui métabolise les sucres et les graisses. L’excès de sucres favorise la transformation des sucres en graisse  et libère des acides et du gaz carbonique.

Pour neutraliser l’acidité, l’organise puise dans les bases tel que le calcium qui constitue notre charpente osseuse et le magnésium qui participent à la détente musculaire.

Toutefois, l’existence d’une compétition entre l’absorption de calcium et de magnésium impose le reste d’un rapport de 2,5 mg de magnésium pour 1 mg de calcium.

 

Les gestes de prudence

Dans tous les mouvements, le tronc doit rester droit, faute de quoi il s’exerce un bras de levier dont la force se concentre sur la charnière lombo-sacrée.

Prendre appui sur le lavabo en se lavant les dents, ne pas rester en suspension au dessus d’un plan de travail (repassage, bricolage) ni penché en avant (passage de l’aspirateur).

Ne jamais mettre simultanément les deux genoux au sol pour soulever une charge, conserver un des deux pied au sol.

Ne jamais se relever brutalement d’un lit par un coup de reins, se coucher sur le côté, basculer le tronc puis pousser avec les mains pour se relever.

Pour se lever d’un fauteuil rapprocher les fesses au bord, poser vos deux mains sur les genoux et pousser sur vos bras pour vous aider à vous relever.

 

En conclusion

En Asie, toute thérapie commence par le ventre et ceci est d’autant plus vrai pour les douleurs articulaires. Selon les principes d’embryologie, c’est-à-dire le développement de l’embryon dans l’utérus, toutes les forces mécaniques qui se projètent dans le corps sont issues du nombril, point d’encrage de l‘artère nourricière et rayonnent à l’instar d’une toile d’araignée. Il n’est ainsi par rare pour une ostéopathe de soulager un torticolis en travaillant uniquement l’intestin ou le foie.

Ainsi, le mal de dos doit être interprété comme un signal d’alarme qui renseigne sur l’existence d’un déséquilibre fonctionnel qui fait le lit de la maladie mais qui, à ce stade, est encore silencieux.

Son analyse sert de filtre de santé et ouvre la voie vers un nouveau système de santé qui répond à un décalage entre les besoins de certaines personnes pour lesquelles les médicaments, toujours toxiques, ne sont pas utiles

Si vous respectez ces conseils et les mesures de prudence, votre mal de dos ne sera plus une fatalité et Mère Sécu que nous payons tous se portera mieux.

 

Jean-Pierre Marguaritte Ostéopathe DO

DU Micronutritionniste

jpmarguaritte@gmail.com