Ostéo Annuaire, site des ostéos et ostéopathes
Le premier site média de l'ostéopathie

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
L’ostéopathie : une médecine préventive

L’ostéopathie : une médecine préventive

Envoyer Imprimer PDF

Ne pas confondre ostéopathie et manipulations articulaires

Contrairement à ce que son nom pourrait laisser croire, l’ostéopathe ne s’intéresse pas directement à la structure osseuse mais à l’artère. Son objectif est d'améliorer la circulation artérielle. A cette fin, l’ostéopathie consiste à libérer de façon manuelle les compressions mécaniques exercées sur les vaisseaux pour libérer le flux artériel. Le Docteur Andrew STILL, fondateur de l'ostéopathie, disait : "Où le flux artériel est ralenti, s'installe la maladie".

L’ostéopathie est une médecine globale qui intègre les connaissances physiologiques (mode du fonctionnement de l’organisme), les principes de la mécanique des forces et des fluides (un organe est maintenu à place dans le corps grâce à un tissu de soutien qui s’attache au squelette et qui est  traversé par les vaisseaux dans lesquels circule le sang).

ostéopathie médecine préventive

Le piège de la médecine est la force de l’ostéopathie

Généralement, un trouble fonctionnel se manifeste par un symptôme : colite, brûlure d’estomac, douleurs menstruelles, nausées, constipation… mais il arrive qu’il n’y ait pas de symptôme, alors que faire ?

Il existe dans l’organisme un organe qui intervient dans toutes les fonctions de l’organisme mais qui ne peut se manifester par la douleur car il ne dispose pas de fibres nerveuses sensitives. Il n’est donc pas pris en compte par la médecine traditionnelle, et pourtant, il est quasiment toujours en cause et jamais traité. Il s’agit du Foie qui souffre en silence.

 

Le foie omnipotent

Le foie est la tour de contrôle de tout notre organisme. Un foie faible c’est la porte ouverte à la prise de poids, à l’hypercholestérolémie, au diabète, à l’hypertension, aux troubles digestifs, à la fatigue, aux douleurs articulaires, aux migraines, aux troubles de la vue, au manque de tonus, aux pertes de mémoire…C’est pourquoi en début de soin, l’ostéopathe doit palper le foie pour vérifier sa densité. Le foie agit comme un véritable filtre. Il est traversé par tout le sang du corps humain et contient en permanence environ 5 litres de sang. Lorsqu’il fonctionne, sa consistance doit ressembler à celle d’une éponge

L’ostéopathe exerce sur le foie des pressions manuelles douces qui font l’effet de pompage, une sorte de drainage à l’instar de celui qui est réalisé sur les ganglions lymphatiques.

 

Le couple foie - diaphragme

Fixé sous le diaphragme - le muscle qui sépare le corps en deux, qui permet de respirer et reçoit les émotions - le foie, selon sa densité, peut limiter l’amplitude du diaphragme et favoriser une hypertonie à l’origine de la compression de l’artère qui distribue le sang vers la moitié inférieure du corps.

Et comble de tout, la grosse veine qui remonte du bas du corps pour regagner le cœur, passe derrière le foie. Il n’est pas étonnant que les veinotoniques aient été déremboursés par manque d’efficacité.

 

Les trois principes fondamentaux de l’ostéopathie

Le premier principe est l’interaction entre la fonction et la structure. En effet, un trouble fonctionnel se traduit par une modification de la densité ou du volume qui, par le biais du tissu intermédiaire myofascial, crée une force qui se projette sur les vertèbres d’où partent les racines nerveuses qui commandent la fonction correspondante.

Le deuxième principe est la loi de l’artère. Partout où le flux artériel est ralenti, les échanges sont perturbés, les fonctions se dérèglent et font le lit de la maladie.

Le troisième principe est la capacité d’auto guérison, conséquence directe de l’application de ces deux premiers principes.

L'aspect quantitatif ne pouvant être dissocié de l’aspect qualitatif du sang circulant, l’ostéopathe  complète le bénéfice de la thérapie manuelle par des recommandations alimentaires (macronutriments) et l'apport des composants essentiels aux diverses fonctions de l'organisme : vitamines, minéraux, oligo-éléments, acides aminés (micronutriments) .

 

Comment reconnaître un bon professionnel ?

Afin de sécuriser au mieux son patient et d’obtenir un soulagement rapide et durable, l’ostéopathe doit avoir reçu une formation complète incluant l’aspect structurel, viscéral et crânien, ainsi qu'une formation à la nutrition trop souvent absente.

Or l’absence de contrôle des organismes de formation actuellement agréés ne garantit pas la qualité des formations et, par voie de conséquence, limite le bénéfice apporté et soulève un aspect sécuritaire auprès des patients.

Un professionnel qui ne pratique que du structurel, c’est à dire des manipulations articulaires, reste dans le symptomatique. Il peut soulager mais il ne guérit pas car il ne respecte pas les principes de l’ostéopathie qui est, avant tout, une médecine holistique.

 

Conclusion

L'ostéopathie est basée sur un mode de raisonnement particulier capable d'interpréter la douleur articulaire et/ou musculaire chronique comme le témoin d’un déséquilibre fonctionnel de l’organisme.

L'ostéopathie est une médecine qui répond à un décalage entre les besoins de la population et le service médical apporté. Ses indications sont notamment les douleurs articulaires et musculaires, le plus souvent en rapport avec des troubles fonctionnels qui conditionnent les états de fatigue, de stress, d’anxiété, d’angoisse, de nervosité.

L’ostéopathie dynamise et renforce les différentes fonctions de l’organisme de façon durable à condition d’être associée à une correction des erreurs alimentaires et à une normalisation  des fonctions digestives et hépatique, quasiment toujours à la source des déséquilibres.

 

Jean-Pierre MARGUARITTE

Ostéopathe - Micronutritionniste

www.sosmaldedos.fr

Important à savoir : les manipulations articulaires peuvent altérer le cartilage et favoriser l’arthrose

La manipulation articulaire crée un phénomène de dépression qui conduit à la formation d’une poche de gaz. Lorsque la pression est rétablie, c’est à dire après la manipulation, l’implosion brutale est à la source du bruit que l’on entend qui est sans rapport avec le fait de remettre la vertèbre à sa place.

La production d’énergie au contact des surfaces articulaires peut être la cause de la dégradation cartilagineuse en cas de répétition excessive de ce phénomène.

Manipuler une articulation tant que le trouble fonctionnel qui est à l’origine de la tension du tissu qui crée son déséquilibre n’est pas corrigé, n’offre aucun intérêt et peut être dangereux