Ostéo Annuaire, site des ostéos et ostéopathes
Le premier site média de l'ostéopathie

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
La cellulite, comprendre pour mieux agir

La cellulite, comprendre pour mieux agir

Envoyer Imprimer PDF

cellulite, alimentation et ostéopathieNous sommes presque toutes concernées par l’harmonie de notre silhouette et préoccupées notamment par la cellulite.

Naturellement, la femme retient en fin de cycle menstruel un peu d’eau et de graisse. Les cellules adipeuses fonctionnent comme de véritables glandes et libèrent un grand nombre d’hormones qui agissent également sur la combustion des sucres et des graisses et l’élimination de l’eau.

Or, chez la femme les glandes hormonales sont naturellement sollicitées lors ce chaque cycle menstruel. De plus, le manque d’exercice et/ou l’alimentation trop riche augmentent la réserve d’énergie stockée sous forme de glucose dans le foie. Ces sucres en excès se transforment en graisse et se logent dans les cellules adipeuses qui augmentent de volume. C’est ainsi qu’apparaît une disharmo- nie de la silhouette : la cellulite.

Le stress en cause

Le stress joue un rôle important, car il spasme le diaphragme, premier réceptacle des émotions, et freine la fonction de la glande thyroïde qui régule la sécrétion des oestrogènes. La thyroïde est aussi régulatrice du métabolisme des sucres et des graisses ; elle contrôle la rétention d’eau et le transit intestinal.

Les tensions diaphragmatiques peuvent être libérées par des manœuvres d’ostéopathie viscérales qui agissent conjointement sur la normalisation des fonctions digestives. Leur couplage à des exercices respiratoires est vivement conseillé car le diaphragme est le principal réceptacle du stress.

L’activité physique stimule la synthèse de la sérotonine, neuromédiateur de la sérénité, et l’apport de micro-nutriments équilibre l’organisme et diminue la sensibilité au stress. Les exercices respiratoires réalisés en gonflant le ventre lors de l’inspiration, entretiennent la souplesse du diaphragme.

 

Le traitement local

La mobilisation des fibres tissulaires avec des ventouses représente le meilleur traitement cutané local. Les ventouses reproduisent lors de leur déplacement sur la peau, un palper rouler naturel indolore et respectueux des capillaires. Le phénomène de succion augmente la circulation locale, accélère les échanges et pénétration des principes actifs, et libère les substances emprisonnées dans les adipocytes favorisant ainsi la diminution de leur volume et la levée des compressions exercées sur les capillaires.

 

L’activité physique

L’activité musculaire est fortement recommandée. Les muscles puisent leur énergie dans les réserves de graisses de proximité, les cellules adipeuses de la peau, et leur contraction active la circulation. Les techniques de sudation (sauna ou hammam) peuvent être pratiquées en complément de l’application de crèmes à action minceur ciblée.

 

L’équilibre alimentaire est incontournable

La consommation d’aliments à indice glycémique élevé et la consommation excessive de céréales fatiguent le foie qui métabolise les sucres et les graisses ainsi que le pancréas qui libère les enzymes nécessaires à leur digestion et à leur assimilation. Or, le foie synthétise à partir du cholestérol les œstrogènes, hormones qui participent à la régulation du cycle menstruel.

La réussite du traitement nécessite la prise en compte de tous les facteurs. C’est pourquoi, en parallèle aux soins locaux de palper rouler, un processus de détoxication et quelques soins d’ostéopathie viscérale doivent être engagés, avec une alimentation adaptée et la pratique d’une activité physique régulière.

 

Jean-Pierre Marguaritte

Ostéopathe Micronutritionniste

5 boulevard du Gué 92500 RUEIL-MALMAISON

Tél. 01 47 08 18 24 / Mobile 06 89 29 62 61

jpmarguaritte@gmail.com
www.sosmaldedos.fr